Photo-GAZA-1Photo-GAZA-2Photo-GAZA-3Photo-GAZA-4

GAZA MEETS GENEVA

Une rencontre musicale entre la Suisse et Gaza, 2009-2010.

ACHETER LE CD

Fin février 2009, Nicolas Wadimoff et Béatrice Guelpa sont à Gaza pour le tournage du documentaire AISHEEN (still alive in Gaza). L’opération « Plomb durci », lancée le 27 décembre 2008 par l’armée israélienne, a pris fin depuis moins d’un mois. La situation des 1,5 millions d’habitants de la bande de Gaza, qui sortent de 23 jours de guerre, est chaotique. Depuis plus de deux ans, un blocus imposé par Israël empêche les gens de Gaza de prendre leur destin en main. Totalement isolée, coupée de la Cisjordanie, Gaza mérite plus que jamais son surnom de plus grande prison du monde.

Comment fait-on pour survivre dans un tel contexte ? Quelles sont les perspectives ?

Au fil des rencontres, le réalisateur et la journaliste sont frappés par l’extraordinaire capacité d’endurance de ces personnes qui, malgré l’occupation, le blocus et la guerre, restent « vivantes », dignes, debout. Très vite, ils nouent une relation amicale avec les sept musiciens du groupe de rap DARG TEAM. Ces sept rappeurs, âgés de 18 à 25 ans, ont le courage de s’exprimer et se battent, jour après jour, pour la liberté d’expression. Leur combat et leur énergie positive sont une véritable leçon. Bassam, Mady, Fadi, Antar, Sami, Maroof, Ahmad et Adham deviennent des protagonistes du film, dont ils signent la musique.

De retour à Genève, Nicolas Wadimoff et Béatrice Guelpa ont le sentiment d’avoir laissé leurs amis en prison. Ils imaginent alors de les mettre en relation avec des rappeurs de Lausanne et Genève. C’est le début d’une autre aventure : Gaza meets Geneva. L’ambition est de faire venir les rappeurs de Gaza en résidence à Genève afin qu’ils composent un album commun avec les musiciens suisses, puis d’enregistrer ce CD et d’organiser une tournée de concerts.

Quelques mois plus tard malgré les efforts du Département des affaires étrangères au plus haut niveau, les rappeurs ne sont toujours pas autorisés à sortir de Gaza. Pour nous, pas question d’abandonner le projet. Les rappeurs d’ici et de là-bas se mettent donc à composer un album à distance, grâce à Internet. Ils choisissent les musiques, discutent des textes par Skype. C’est ainsi que naît l’album Gaza meets Geneva, enregistré en partie à Gaza, en partie en Suisse.

Ce CD de cinq titres est verni le 14 avril 2010 à Nyon, dans le cadre du Festival Visions du Réel. Lors de cette soirée avant-première du festival, la projection du film Aisheen (still alive in Gaza) est suivie d’un concert exceptionnel organisé en duplex entre Gaza et Nyon.

Ce concert par-delà les frontières, réalisé grâce à une liaison satellite est une première du genre. La démonstration concrète que rien n’arrête la musique.


> GAZAMEETSGENEVA.COM